Articles

L'excès de poids chez le chat


Souvent le propriétaire ne s’aperçoit pas du poids « idéal » pour son chat. C’est ainsi que chez un animal d’un poids considéré dans la norme, les côtes, bien que non visibles, sont facilement palpables en posant la main sur le thorax de l’animal. Aussi, la taille de l’animal est nette et marquée, lorsqu’on le regarde de côté ou par-dessus.

Chez un animal en surpoids sa taille s’efface et les côtes sont recouvertes de graisse. Au -delà d’un excédent de poids de 20%, l’animal est obèse, la silhouette abdominale devient pendante, et des dépôts de graisse sont importants au niveau du thorax, de la colonne vertébrale, de la base de la queue. L’animal en surpoids se déplace moins et se fatigue plus vite : il dépense moins d’énergie, et si sa ration n’a pas diminué, il va encore prendre du poids : c’est le cercle vicieux de le surcharge pondérale.

Sur la santé, les conséquences du surpoids et de l’obésité sont nombreuses : réduction de l’espérance de vie, moindre résistance aux infections, augmentation des troubles locomoteurs, développement précoce de l’arthrose, fatigabilité, augmentation du travail du cœur pouvant conduire à l’insuffisance cardiaque et respiratoire, augmentation des risques de troubles digestifs (constipation, flatulence), multiplication par 5 des risques de diabète…

Si certains facteurs prédisposent au surpoids, le chat n’ayant pas la clef du frigidaire pour se servir seul, l’obésité est toujours la conséquence d’un excès de calories dans la ration de l’animal par rapport à ses dépenses énergétiques. C’est pourquoi la quantité d’aliments donnée doit toujours être mesurée et adaptée aux besoins de votre chat.

Quels sont les bon gestes pour éviter le surpoids ?

En premier lieu, le rationnement (à votre disposition à la clinique vétérinaire) se calcule toujours à partir du poids de forme théorique de l’animal, et non de son poids réel du jour, sous peine d’aggraver son état d’embonpoint. Bien évidement, aucune friandise ne sera distribuée hors des repas.

La seconde mesure nécessaire avec le rationnement est d’augmenter l’activité physique de son compagnon : jeux, aliments répartis partout dans la maison, gamelle anti « glouton »... Attention, l’augmentation d’activité devra être progressive et adaptée à l’état physique de l’animal.

Si un léger surpoids peut se corriger en réduisant de 5 à 10 % la ration quotidienne de l’animal, l’obésité réelle (surpoids de plus de 20%) nécessite un traitement diététique complet avec un suivi médical régulier. Un traitement trop brutal de l’obésité peut être risqué. Sachez qu’il existe à présent des aliments diététiques pour chat chez votre vétérinaire qui sont parfaitement adaptés à un programme de perte de poids. Pour établir ce programme demandez conseil à votre vétérinaire.






Mots-clés :

Suivez nous !
  • Facebook Basic Square
RSS Feed