Articles

L'homéopathie pour les animaux

L'homéopathie est peut-être la plus connue des médecines douces. Comme pour nous, il existe certaines affections pour lesquelles il peut être intéressant d'appréhender les bobos de nos animaux à partir de l'homéopathie.


Qu'est-ce que l'homéopathie?

Souvent critiquée et remise en question, elle repose sur trois principes: la similitude, l'individualisation et l'infinitésimal. Avant de vous lancer dans l'automédication, prenez conseil après d'un vétérinaire. L'homéopathie n'est pas une spécialité de la médecine vétérinaire, aussi de nombreux vétérinaires ont suivi une formation complémentaire après leurs études qui leur permettent de prescrire de l'homéopathie. La médecine conventionnelle, dite médecine allopathique, utilise des substances suscitant les effets contraires: anti-inflammatoire pour traiter les inflammations, anti-vomitif pour les vomissements, etc... L'homéopathie repose, elle, sur un principe de similitude: une substance et une maladie produisant des symptômes similaires s'annulent réciproquement. En d'autres termes, un homéopathe prescrit, pour soigner une affection, une substance qui, administrée en doses massives, provoquerait les mêmes symptômes chez un sujet sain. Par exemple, de l'ortie pour les démangeaisons de l'urticaire ou du café pour les insomnies...

"En liquide ou en granules"

La mise en place du traitement est adaptée à chaque individu, elle repose sur l'observation à la fois sur des symptômes physiques de la maladie et de leur circonstance d'apparition, la connaissance du caractère de l'animal et l'adaptation à son mode de vie et ses habitudes. L'homéopathie utilise des substances naturelles très diluées, en quantités dites infinitésimales. Ces substances ne soignent pas mais elles émettent un signal qui provoque une réaction thérapeutique de l'organisme malade. La stimulation de ce processus est possible parce que le mode d'action de la substance est identique à celui de la maladie elle-même.


Efficacité?


Chez les animaux, il est de coutume de penser que l'effet placebo n'existe pas. On ne peut donc pas dire que l'homéopathie "marche" parce qu'ils y croient. A moins que le propriétaire qui donne de l'homéopathie à son animal n'agisse par effet de persuasion ou d'attention quotidienne et l'animal s'en porte mieux?

L'homéopathie est une médecine individuelle, le traitement d'une même maladie pourra donc différer d'un animal à l'autre. Par exemple, elle convient généralement bien au traitement des troubles suivants:

- gastro-entérites bénignes, indigestions, colites chroniques.

- manifestations allergiques, urticaire, piqûre d'insecte.

- affections de l'appareil locomoteur tel que les rhumatismes, crampes, courbatures.

- stress, anxiété.

- mal des transports.

- cystites chroniques ou idiopathiques.


Attention, l'homéopathie ne peut en aucun cas remplacer la vaccination, la vermifugation ou un traitement antibiotique en cas d'infection grave. Elle ne guérira pas évidemment les maladies évolutives comme les cancers et elle ne peut se substituer à des interventions chirurgicales.


Administrer le traitement à votre animal en toute simplicité

Les traitements homéopathiques se présentent principalement sous forme de liquide ou de granules qui font la taille d'une tête d'épingle. Vous pouvez les faire prendre facilement aux animaux. Il vaut mieux éviter de les cacher dans l'aliment.

Que ce soit pour les chiens ou les chats, soit ils les prennent spontanément, soit vous leur ouvrez la gueule et vous y verser les granules. Ils adhèrent à la langue ou aux gencives, ce qui limite les pertes et les risques de rejet. Si l'animal refuse d'ouvrir la gueule, on peut même lui coller simplement les granules à l'intérieur de la babine supérieure...

Les liquides s'administrent à l'aide d'une pipette, purs ou dilués dans un peu d'eau. Placez l'embout dans la commissure des lèvres, entre les dents et la gencive, en maintenant la gueule fermée, et versez doucement le contenu. Les effets secondaires et les risques de surdosage sont quasi inexistants.


N'hésitez pas à demander conseil à votre vétérinaire, la consultation est un préalable indispensable pour poser le bon diagnostic. Publié dans le Quotidien de la Réunion le 30/10/16.

Suivez nous !
  • Facebook Basic Square
RSS Feed