Articles

Herpès virose et avortements chez la chienne

Le virus herpès canin (CHV) est un virus très répandu. Il circule facilement entre les chiens par l’intermédiaire des sécrétions des voies respiratoires et des voies génitales (MST).

L’infection par le CHV est considérée comme une infection à vie. Ce sont les conditions du milieu qui déterminent l’apparition des signes de la maladie, le moment où elle se produit et la gravité des manifestations.

Crédit photo: Valteco

Gestation


Le virus peut se réactiver à tout moment à la faveur d’un stress ou d’une immunodépressif passagère (chaleur, mise-bas, infection, une autre maladie etc.).


Dans un élevage, la coexistence de troubles de la reproduction (mortalité, avortements, infertilité) et de symptômes respiratoires est évocatrice d’une atteinte par le virus herpétique. Chez la chienne, le CHV peut entraîner des troubles à tous les stades de la gestation. Le virus est en effet réactivé pendant la gestation et peut favoriser des avortements au cours du 2e ou 3e tiers de gestation. La contamination vaginale à la mise-bas est, elle, responsable d’herpès virose néonatale.

Quand l’arrêt de la gestation se produit avant le 45e jour, il passe souvent inaperçu puisqu’aucune expulsion n’est visible. C’est pourquoi il est conseillé de faire un diagnostic de gestation par échographie vers le 30e jour de gestation chez votre vétérinaire.

Un herpès virose devrait être systématiquement recherché lors d’infertilité ou en cas d’avortement. L’autopsie rapide des avortons est fortement recommandée. La mise en évidence de l’ADN viral dans les organes des chiots morts permet de faire avec certitude le diagnostic d’une infection herpétique.


Prévention en trois points.


Si l’avortement n’a pas eu lieu et que la chienne est séropositive, la gestation peut arriver à son terme. Alors, le chiot nouveau-né est généralement contaminé au cours de l’accouchement. L’infection chez le jeune se propage plus rapidement que chez les adultes et les virus sont rapidement excrétés par toutes les voies: salive, sécrétions oculaires et nasales, urines et fèces.

Tous les chiots d’une même portée sont infectés et beaucoup meurent dès la première semaine.

Cependant, passé l’âge de deux à trois semaines, la réponse immunitaire des nouveaux-nés est meilleure et les chiots deviennent moins sensibles au CHV.

La prévention repose sur trois points:


L’hygiène du chenil: en effet, le CHV est sensible aux rayons ultraviolets et à de nombreux désinfectants (ammoniums quaternaires, formol, dérivés phénolés…).


Cette sensibilité facilite la désinfection des locaux et du matériel en élevage.


La prévention de la transmission de cette MST: par choix de l’insémination en semence fraîche. Ceci peut contribuer à minimiser les risques de contamination puisque le CHV peut être transmis pendant l’accouplement. L’insémination artificielle serait surtout utile lorsque l’étalon n’appartient pas à l’élevage.


Effet protecteur


La vaccination: le vaccin sert principalement à prévenir l’herpès virose chez les chiots nouveau-nés en leur conférant une meilleure immunité grâce au fort taux d’anticorps présents dans le colostrum.

La vaccination aurait également un effet protecteur pendant la gestation.

Les essais cliniques montrent en effet une amélioration de la fertilité et de la prolificité dans les élevages contaminés où les chiennes sont vaccinées.

Le diagnostic de l’herpès virose canine est désormais plus facile et des mesures d’hygiène de bon sens s’avèrent efficaces pour prévenir ses manifestations cliniques.


En cas de risque particulier, une vaccination des chiennes gestantes est envisageable.


Demandez conseil à votre vétérinaire. Publié dans le Quotidien de la Réunion le 04/09/16.

Mots-clés :

Suivez nous !
  • Facebook Basic Square
RSS Feed